Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Syst solaire Constellations Lexique

Les calendriers

Calendriers :
• Lunaires et luni-solaires
• Chaldéen
• Ã©gyptien
• Musulman
• Romain
• Julien
• Réforme grégorienne
• Républicain
• La semaine
• Jour julien

Calendrier égyptien

Le calendrier des débuts de la civilisation égyptienne (établi 10 000 ans avant notre ère) est basé sur une année divisée en douze parties égales de 30 jours, subdivisées en décades. Il est possible, mais non-avéré, que ce découpage soit en rapport avec la mesure en degré de la circonférence héritée des chaldéens. Le système est simple mais également imprécis, malgré l'adoption par la suite (vers -4200) d'années vagues qui comprenaient 5 jours supplémentaires appelés épagomènes. En dépit de son mauvais ajustement avec l'année tropique, il resta en vigueur pendant 4 000 ans.
La civilisation égyptienne s'est développée sur les bords du Nil, rythmée par les crues annuelles du grand fleuve. C'est à Héliopolis (Cité du Soleil) que des prêtres remarquèrent que l'arrivée de ces inondations régulières coïncidait avec le lever héliaque de Sothis (aujourd'hui Sirius) alors proche du solstice d'été. C'est ce lever héliaque de Sirius en pleine chaleur, dans la constellation Canis Majoris (le Grand chien), qui est à l'origine du mot canicule. En raison de la précession des équinoxes cette concordance n'existe plus, aujourd'hui ce lever a lieu début août.

Naos des décades
Sommet du « naos des décades », sur chaque face sont représentées les divinités protectrices des 36 décades.

Les 3 saisons égyptiennes
Akhet Peret Chemou
Thoth
Paophi
Athyr
Choeac
Tybi
Mechir
Phamenoth
Pharmouti
Pachon
Payni
Epiphi
Mesori

L'année égyptienne était alors divisée en trois saisons : celle des crues et inondations (Akhet), celle du retour du fleuve dans son lit et des semailles (Peret) et celle du niveau le plus bas atteint par le fleuve et des moissons. Chaque saison était partagée en quatre périodes de trois décades. Du fait que l'année contenait 365 jours, il existait encore un retard d'un jour tous les quatre ans. En -237, Ptolémée III tenta de le corriger en incorporant un sixième jour épagomène tous les 4 ans ; sa réforme resta confinée aux actes administratifs. Car parallèlement à ce calendrier officiel, subsistait le calendrier « populaire » avec l'alternance des mois de 29 et 30 jours et un calendrier « agricole » uniquement basé sur le lever héliaque des étoiles. L'accord entre calendrier et saisons ne revenait que tous les 1 461 années, cette période était appelée période sothiaque (de Sothis = Sirius).

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L'usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E