Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Syst solaire Constellations Lexique

Les calendriers

Calendriers :
• Lunaires et luni-solaires
• Chaldéen
• égyptien
• Musulman
• Romain
• Julien
• Réforme grégorienne
• Républicain
• La semaine
• Jour julien

Jour julien

Lorsqu'il s'agit de calculer la périodicité d'un phénomène astronomique, l'opération devient vite un véritable casse-tête avec un calendrier traditionnel ; sur des périodes de plusieurs années il faut également tenir compte des années bissextiles. Pour pallier ce défaut majeur, les astronomes utilisent leur propre calendrier, il ne connaît qu'une seule subdivision : le jour. Giuseppe Giusto Scaligero.
L'utilisation de cet « almanach universel » remonte à 1849, elle revient à John Frederich William HERSCHEL. En réalité, il reprit des travaux effectués par le philosophe français, d'origine italienne, Giuseppe Giusto SCALIGERO (Joseph Juste SCALIGER, 1540 - 1609).

Joseph Juste SCALIGER (1540 - 1609), le véritable instigateur du jour julien.

Ce dernier, essayant d'établir une première chronologie globale en coordonnant les multiples calendriers, avait déjà imaginé en 1583 une « période julienne » 1 qu'il a décrit dans son Opus Novum de Emendatione Temporum. Cette méthode lui permettait de passer beaucoup plus facilement d'un système de datation à un autre. L'origine de cette période julienne y était fixée à l'année -4712 2.
La date origine fixée par SCALIGER est en réalité le lundi 1er janvier ~4713 av JC. Le symbole [ ~ ] (tilde) placé devant la date indique qu'elle ne tient pas compte d'une année « zéro » 3.
Suivant l'usage des astronomes de l'époque, John HERSCHEL fit débuter son calendrier... à midi ! Le premier « jour » étant numéroté 0, le jour 1 de ce calendrier ne commence que le deuxième jour à midi (Temps Universel). Ainsi suivant cette convention, le jour julien 0 commence le 1er janvier -4712 à 12 h et le début de notre année 2000 équivaut à la date julienne 2 451 544,5. Il est évidemment possible d'exprimer des fractions de date julienne 4.

1- Ainsi nommée par analogie avec le calendrier julien. Étant protestant, il refuse l'adoption du calendrier grégorien instauré le 24 février de l'année précédente par... un pape : Grégoire XIII !
2 - Le choix de cette date n'est pas (totalement) arbitraire. Elle découle essentiellement de la volonté de placer l'origne le 1er janvier d'une année bissextile et de conserver quelques « traditions ».
3 - Conventionnellement, la première année précédent le début de l'ère chrétienne est notée -1 (ou 1 avant J.-C.). Cette année est bissextile, par extension les autres années bissextiles deviennent -5, -9, -13, etc, perdant ainsi leur divisibilité par 4. En notant 0 la première année de notre ère, la règle de divisibilité par 4 des années bissextiles se trouve conservée (elles deviennent : -4, -8, -12, etc. C'est cette notation, instaurée par l'astronome Jacques CASSINI en 1740, qui est utilisée dans le calcul des éphémérides. Elle permet de correctement calculer le nombre d'années séparant une année « négative » d'une année « positive ».
4 - La date julienne est la durée écoulée depuis le 1er janvier -4712 à 12 heures. Elle est exprimée en jours avec fraction décimale. Le jour julien est la partie entière de cette date julienne.

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L'usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E