Accueil Vie de la SAR La Une Initiation Système solaire Constellations Lexique

Les calendriers

Calendriers :
• Lunaires et luni-solaires
• Chaldéen
• Égyptien
• Musulman
• Romain
• Julien
• Réforme grégorienne
• Républicain
• La semaine
• Jour julien

Calendrier républicain

Le calendrier grégorien, malgré ses défauts, peut être considéré comme un excellent calendrier solaire et n'a pas été remplacé. Les turpitudes de la vie politique tentèrent cependant de le rayer en imposant un calendrier républicain.
À la révolution française, la Convention créa une commission de réforme sur proposition du professeur de mathématiques Charles Gilbert ROMME (1750 - 1795) et du poète Philippe Nazaire François FABRE (dit Fabre d'Églantine, 1750 - 1794), l'astronome Pierre Simon de LAPLACE (1749 - 1827) y participa également. Cette Assemblée révolutionnaire décida, le 24 octobre 1793, l'adoption d'un nouveau calendrier qui libérerait la société de la tutelle de l'Église et de dater les actes publics de l'an 1 de la République à partir du 22 septembre 1792, la veille marquant l'abolition de la royauté.
Ce calendrier adoptant une structure décimale, la semaine fut remplacée par la décade, chacun des jours portant un nom latin : primidi au lieu de lundi, puis duodi, etc. La journée était divisée en 10 heures, l'heure en 100 minutes et la minute en 100 secondes. Le decadi se substitua au dimanche et célébré par un culte civique. Les saints et les fêtes chrétiennes furent remplacés par les noms des grands hommes ayant contribué au progrès de l'humanité, par la mention des inventions, des arts, des sciences ou des techniques... ou le rappel des grands principes de la révolution : la jeunesse, la philanthropie, l'être suprême(?), ...
Les mois, baptisés par le poète Fabre d'Églantine, tirent leurs dénominations de phénomènes climatiques ou saisonniers : germinal, floréal et prairial pour le printemps ; messidor, thermidor et fructidor en été ; vendémiaire, brumaire ainsi que frimaire pour l'automne suivi de nivôse, pluviôse et ventôse.

Calendrier républicain
Représentation des mois sur un calendrier républicain.

Malgré cette rigide logique (ou à cause d'elle), une année de 12 mois de 3 décades ne totalise que 360 jours. Pour faire le bon compte les jours additionnels reçurent des noms altiers : Vertus, Génie, Travail, Opinion, Récompenses ainsi que la Sans-culottide pour les années bissextiles. À son arrivée au pouvoir, Napoléon s'empressera de rétablir le calendrier grégorien, le 10 nivôse an XIV redevient 31 décembre 1805, et ses fêtes religieuses traditionnelles.
D'autres tentatives infructueuses ne sont pas restées dans les annales. Pour la même raison : supprimer toute trace d'influence chrétienne, le gouvernement soviétique tenta d'imposer un calendrier révolutionnaire en 1929. Les mois, bien que conservant leurs noms grégoriens, passaient à 6 semaines de 5 jours, chacun étant simplement porteur d'un numéro. Les 5 à 6 jours supplémentaires nécessaires pour se recaler sur l'année tropique furent décrétés jours fériés. En 1940, l'URSS revenait au calendrier grégorien.
En France, d'autres essais ont été tentés : le philosophe Auguste COMTE (1798 - 1857) conçut un calendrier fixe de 13 mois de 28 jours, avec les correctifs nécessaires. En 1887, un duo composé de Gustave ARMELIN et Émile MANIN tenta également un « calendrier universel ».

Rechercher sur le site
Valid HTML 5.0 L'usine à bugs !
Société d'Astronomie de Rennes - Maison du Parc - 2, Ave André Malraux - 35000 RENNES - SIREN 480 593 748 - APE 913E